Let's move (up?)

Publié le par flostralia

Qui dit expatriation dit déménagement.

La mère nourricière a donc fait appel à trois "spécialistes" (espérons qu'ils soient plus doués pour mener des objets à bon port que dans l'utilisation des outils de messagerie électronique) afin d'estimer le coût du transport de mes 3 mètres cubes, incluant un violoncelle électrique et un tableau d'une forêt du Vercors (les esprits taquins constateront que je n'emmène a peu près rien d'utile ... ah si, un shaker et le Trivial Poursuit édition 2002!). 

Car, quand il part si loin, deux options s'offrent à l'expatrié :

  • Déménager toutes ses affaires, y compris les meubles les moins démontables, qui arriveront entre 8 et 14 semaines plus tard. Cela signifie alors camper chez soi pendant un temps certain -- voire un certain temps. 
  • N'emmener que le strict nécessaire, et s'équiper sur place (les mêmes esprits taquins ajouteront que je peux survivre des années de façon assez minimaliste).

Bref, j'ai choisi!

La semaine prochaine, mes "biens" auront la chance de voir la canal de Suez, de longer les côtes du Kerala, et de vivre l'agitation de Singapour. On les envierait presque. 

Puis, la semaine suivante, j'irai en avion les attendre à leur arrivée. J'aurais bien pris la 206 pour faire ce petit bout de chemin, mais je ne suis pas convaincu qu'elle saurait apprécier la balade!

Publié dans Paperasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flostralia 10/11/2011 13:00


Je pense désormais dans la langue de Shakespeare, d'où certaines fautes de genre!


Guillaume 10/11/2011 11:16


"la canal de Suez" ou "le canal de Suez"
Bref un article écrit trop rapidement !

Tu n'emmènes pas un décapsuleur ?